à propos

à propos

Né au XXème siècle, un jeudi à Paris. De nationalité Suisse et Française, Vincent Moreau vit et travaille en Suisse, à Lausanne.

Il a développé dès son adolescence sa vision d’artiste par une expression picturale originale aux contacts de rencontres et de multiples influences.

En parallèle, il a suivi une formation scientifique à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne jusqu’à y obtenir un doctorat en aérodynamique.

Cette double polarisation, artistique et scientifique, lui vaut en 1989 de rejoindre une importante société active dans le monde entier dans le domaine de l’impression des billets de banque. En collaboration étroite avec les dessinateurs et les graveurs, Vincent Moreau participe à la conception et à la création de nombreux billets de banque dans les pays les plus divers ; il y a là autant d’expériences culturelles sur les différents continents qui vont influencer et nourrir son travail artistique personnel.

C’est à l’atelier Aquaforte, à Lausanne, qu’il se perfectionne à la gravure en taille douce avec Monique Lazega ; depuis de nombreuses années il travaille à l’atelier de gravure de Raymond Meyer à Lausanne, en Suisse, mais également à l’atelier Pasnic ainsi qu’à l’atelier de Pablo Flaizman à Paris.

Ses orientations actuelles sont essentiellement le dessin, les techniques mixtes et la gravure taille douce. Depuis plusieurs années, Vincent procède à un traitement toujours plus monochromatique et à l’abandon corrélatif de la couleur qui iraient peut-être dans le sens d’une simplification, Vincent cherche à aller à l’essentiel par une représentation en noir en blanc qui est en soi une abstraction.

Il est membre de la Fondation Taylor (Association des Artistes, Peintres, Sculpteurs, Architectes, Graveurs, Dessinateurs) et de l’International Banknote Designers Association, qui regroupe plus de 250 dessinateurs et graveurs de billets de banque actifs dans plus de 70 pays.

Ses œuvres sont présentes dans plusieurs collections internationales privées et publiques.

Il a récemment obtenu une médaille de bronze dans la section gravure ainsi que le Prix Eugène-Louis Gillot de la Marine Nationale au Salon des Beaux-Arts 2019 au Carrousel du Louvre, Paris.

Vincent Moreau est membre de :

- « La Fondation Taylor », Paris, Association des Artistes, Peintres, Sculpteurs, Architectes, Graveurs, Dessinateurs

- « Le Trait - Graveurs d'aujourd'hui », Paris, Association d’artistes graveurs

- « International Banknote Designers Association », Association des dessinateurs et graveurs de billets de banque

cheminement

Mes orientations actuelles sont essentiellement le dessin et la gravure taille douce. Depuis plusieurs années, je procède à un traitement toujours plus monochromatique et à l’abandon corrélatif de la couleur qui iraient peut-être dans le sens d’une simplification, je cherche à aller à l’essentiel par le dessin en noir en blanc qui est en soi une abstraction.

Mes dessins ou mes gravures naissent à partir de multiples esquisses, d’une manière spontanée, dans la concentration que cet élan induit. J’amorce ainsi une sorte de dialogue avec le sujet, une espèce d’investigation pour le comprendre, le saisir; et je m’installe peu à peu dans le temps du sujet. Le dessin lie d’un même geste la pensée et la main dans un élan. Ce sont des traits, des ébauches, des esquisses, qui amplifie l’humanisme. Le poète André Velter dit : « contrairement à la peinture, le dessin est de tous les temps, nullement tributaire des chronologies, des synopsis, des hiérarchies de l’histoire de l’art. »

L’œuvre picturale est originairement matière; il n’y a donc pas d’abord une forme clairement, définitivement identifiée au préalable et à représenter le plus fidèlement possible, mais une exploration matérielle et formelle qui donne lieu à autant de métamorphoses d’une trace sensible. Selon la formule de Michel Haas « La matière permet d’ouvrir de nouveaux champs visuels. Il n'y a pas, d'une part, des sujets et, de l'autre, une matière. Il y a une création permanente de l'image par la matérialité et, en même temps, celle-ci n'existe que parce qu'il y a une image. »

« Irrésistibles présences » - texte de Serge Le Diraison - philosophe - lors de l’Exposition personnelle à la galerie l’Echiquier, Paris 10ème

« Faut voir ce que ça donne ! » aime toujours à dire Vincent Moreau au fil de son chemin de recherche dont témoignent ses séries, explorations matérielles et formelles, inséparablement, autour d’esquisses préalables sur le motif, dont il ne reste plus que l’essentiel. Une vraie ascèse en noir et blanc, sans plus rien qui pose ou qui pèse, ni jolie rhétorique, ni confortable ou rassurante représentation décorative. Juste les griffures de la gravure; la densité nuancée des encres qui informe, structure sous nos yeux le jaillissement du phénomène, comme un cri. L’essentiel ? Précisément, la révélation de ce que ça donne à voir, la violence de la donation du visible, « ce qui manque d’une appellation » selon P. Valéry : le surgissement de l’intense présence qui porte le motif.  Le déferlement plus que la vague ; l’irrésistible avancée, plus que le navire ; l’élan de l’étreinte, plus que le détail des traits des amants ; la force concentrée de la lecture, plutôt que le visage du lecteur ; le mouvement de la chevelure, plutôt que la coiffure …

Il faut effectivement cette ascèse de la représentation, à laquelle nous convie Vincent Moreau, pour en revenir à l’essentiel, l’émotion de la vision, contre la reconnaissance léthargique des formes établies.

 

principales expositions individuelles et d'ensemble lors des 10 dernières années

work in progress

presse

work in progress

  • Gris Icône Instagram
  • Gris Facebook Icône

Copyright © 2019 - 2020 by Vincent Moreau. All rights reserved.

Contents of these pages, including photos and text, may not be reproduced, published, copied or transmitted in any form without written permission of the author

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now